JENNY VANMALDEGHEM, 37 ANS, TRADUCTRICE

18 Mar 2019

Catégorie : Interviews

Article écrit par Madame Network

Jenny est la douceur et la positive attitude incarnées. Passionnée par son métier avec la fibre littéraire dans le sang, elle vit paisiblement ses choix de vie et s’y épanouit. Féministe mais pas trop, ce qu’elle aime, c’est être libre de trouver son équilibre. Après une licence en traduction de l’anglais et du néerlandais vers le français à la faculté de traduction et d’interprétation de Mons, Jenny a directement travaillé comme traductrice salariée dans le secteur des soins de santé. Lorsqu’elle a eu ses enfants, elle a voulu trouver un job plus près de chez elle pour avoir un équilibre vie privée – vie professionnelle plus facile à gérer.

Photo © Déborah Gigliotti

COMMENT AS-TU ÉVOLUÉ ENSUITE?

Cela fait maintenant dix ans que je travaille en tant que formatrice en langues dans l’insertion socio-professionnelle. J’adore ce que je fais, cela me permet de me sentir vraiment utile. C’est très enrichissant sur le plan humain et cela me permet de prendre du recul et de relativiser. Mais la traduction me manquait énormément. J’ai donc décidé de lancer mon activité en complémentaire. Je combine les deux emplois et cela se passe bien. Je fais des traductions, des révisions mais aussi des relectures en français pour des entreprises ou d’autres indépendants que ce soit des livres, des articles ou autres. Je suis également membre de la Chambre belge des traducteurs et interprètes, ce qui me permet de rencontrer pas mal de monde et de contribuer à défendre les intérêts de la profession.

QU’EST-CE QUI TE PLAÎT LE PLUS DANS TA PROFESSION?

J’adore me prendre la tête sur un texte! Déjà à l’école, j’adorais décortiquer les versions latines ou traduire les chansons que j’entendais en anglais. J’ai des affinités avec les langues, sans doute à cause de mes origines: mon père est flamand et ma mère italienne. J’adore apprendre de nouvelles choses! Je suis très enthousiaste à l’idée de devoir me documenter pour travailler sur un nouveau projet.

QU’EST-CE QUI EST LE PLUS DUR DANS TA PROFESSION SELON TOI?

On ne dirait peut-être pas mais il faut être résistant au stress. On est tenu par des délais, cela demande de la rigueur. Il y a aussi un grand travail de recherche au niveau de la terminologie.

QUELS SONT TES DOMAINES DE PRÉDILECTION EN TRADUCTION?

Essentiellement tout ce qui a trait à la santé et au bien-être mais aussi à la communication, au lifestyle et au marketing. Toujours avec cette soif d’apprendre, je poursuis actuellement une formation en herboristerie qui pourra indirectement m’aider dans mes traductions dans le domaine de la santé.

POURQUOI MADAME NETWORK?

J’ai d’abord vu les nombreuses activités sur Facebook, j’ai adoré le logo et puis la formation «Réussir son pitch» m’a interpellée. L’ambiance y était super chouette, les femmes super sympas et intéressantes, je me suis dit pourquoi pas?

DES CONSEILS À CELLES ET CEUX QUI SONT INDÉPENDANTS OU EN DEVENIR?

Établir un réseau est super important. Il faut aussi vraiment s’intéresser aux personnes et pas juste comptabiliser les cartes de visite. Bien s’entourer, ne pas avoir peur d’aller chercher les infos, soigner sa communication et faire ce que l’on aime pour les bonnes raisons.

COMMENT FAIS-TU POUR GÉRER TA VIE DE FEMME, DE MÈRE ET TON BOULOT?

En tant que femme, on est fort sollicitée. Entre le boulot, mes filles, leur scolarité, la maison et mon mari… Parfois, ça fait beaucoup. J’essaye de responsabiliser mes jeunes ados et j’espère être un exemple pour elles. Maintenant qu’elles sont grandes, je tente de prendre plus de temps pour moi sans me culpabiliser.

 

 

 

 

Facebook:   jvtraduction Mail: info@jvtraduction.com    site web: www.jvtraduction.com

 

 

Charleroi, simplement magnifique
Le Rockerill, cet endroit bien connu des Carolos
Partager l'article
Share on Facebook
Facebook
0 Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Top