Interview de Thomas Dansor, co-auteur du roman » vengeances et mat » !

10 Avr 2018

Catégorie : Interviews

– Comment avez vous su que vous vouliez être écrivain ?

 

écrivainEn réalité, je ne voulais pas devenir écrivain. D’ailleurs je ne me qualifie pas d’écrivain.

Certains disent qu’on ne décide pas d’être écrivain, on le devient lorsque les autres vous appelle de cette manière. Ce que je voulais en revanche, c’est raconter des histoires et les partager.

J’aime m’inventer des mondes, m’évader dans des aventures folles, ça rend le quotidien magique. Écrire, permet d’aller plus loin et partager ce monde à soi qu’est l’imaginaire.

 

– Dans quelles conditions écrivez-vous ?

 

La seule chose qui compte c’est de parvenir à entrer dans ma bulle. Si j’y parviens, je peux écrire n’importe où, ça m’arrive régulièrement d’écrire dans le train, ou dans une salle d’attente sur mon smartphone… chez le médecin par exemple. Je déteste les temps perdus alors je les mets à profit. Mais le plus efficace reste d’écrire à la maison, devant la fenêtre avec un vrai clavier!

 

– Avez-vous des rituels ?

 

Si je suis seul à la maison, alors la recette miracle s’inscrit en toute simplicité: un paysage boisé au travers d’une fenêtre, si j’ai de la chance: un rayon de soleil, un café sucré, une musique d’ambiance, moi et mon clavier !

 

– Combien de temps mettez vous pour écrire un livre ?

 

C’est très variable. Lorsque je suis en forme et si je peux m’y consacrer pleinement, alors je rédige un chapitre par jour environ. Mais écrire ne se résume pas à cela. La partie la plus longue est la relecture, l’affinage, la correction. Il s’agit de transformer les idées brutes puisées dans l’encre de mon esprit en histoires limpides.

 

– Quelles sont vos sources d’inspiration ?

 

L’actualité, le quotidien et très souvent ma propre expérience. Personnellement, j’aime raconter ma vision des dérives de notre société. L’actualité souvent me révolte. Faute de pouvoir changer les choses dans la vie réelle je le fais à travers mes histoires.

 

– Combien de temps entre l’écriture d’un livre et sa publication ?

 

Dix huits mois pour le premier, neufs pour le second !

 

– Quelles étapes ?

 

1 Mise sur pied de la trame pendant environ une semaine, 2 Ecriture pour une période de quelques mois dans laquelle je revois régulièrement la trame. 3 Relecture, ajustements, insertion de nouveaux chapitres, modifications, écriture d’un prologue ou d’un épilogue si nécessaire.  Cette étape est très importante et prend souvent un mois ou deux 4 Relecture par mes proches 5 Ajustements en fonction des commentaires reçus. 6 Relecture finale. Souvent je laisse couler un peu de temps de manière à aborder ma dernière relecture avec un regard neuf. 7 Soumission aux comités de lecture pour publication.

 

– Que voulez-vous transmettre à travers ce livre ?

 

Du plaisir, de l’évasion, un bon moment tout simplement.

 

– Qui sont vos premiers lecteurs ? (famille, amis…?)

 

Mon épouse a besoin de concret, si ma trame n’est pas claire, ou ne tient pas la route. Elle le décelera.

Mon beau père, c’est lecteur à part de la famille, un intéllectuel au dessus de la moyenne, fan de Philip K Dick , le surprendre est un challenge que j’adore relever.

J.J. William avec qui j’ai écrit Magister Dixit. Il connait par coeur mes faiblesses littéraires. L’avoir pour relecteur me permet de me corriger plus facilement.

Alternativement ma cousine, ma belle mère et son compagnon en fonction de leur temps. Ils dévorent les livres et ont donc une relecture plutot axée sur les tournures de phrase.

 

-Que représente l’écriture pour vous ?

 

Ma bouée, mon bol d’air, mon exutoire, ma ressource. Certains ont besoin de courir ou de faire du sport pour se sentir bien… Moi, j’ai besoin d’écrire.

 

-Qu’éprouvez-vous avant la sortie de votre roman ? Crainte, réjouissance ? Et après ?

 

Je me sens un peu à nu, j’autorise le grand public à entrer dans une partie de mes pensées, c’est parfois un peu déstabilisant.

 

-Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à nos lecteurs rêvant de devenir écrivain ?

Soyez vous-même, n’essayez pas de ressembler à quelqu’un d’autre, ni d’écrire sur ce qui plait. Faites vous plaisir, c’est la meilleur manière de le transmettre à vos lecteurs.

Bois du cazier Devoir de Mémoire par Steeve Jennequin !
Récit photographique de Pierre-Yves Dallenogare #2
Partager l'article
Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin