Interview de Benoit Choquet, co-auteur du roman ” vengeances et mat ” !

22 Mar 2018

Catégorie : Interviews

Comment avez-vous su que vous vouliez être écrivain ?

Vengeances et mat

Ben Choquet & Thomas Dansor

Je ne l’ai jamais su et je l’aurais encore moins cru. J’ai d’ailleurs une petite anecdote à ce sujet, durant mes études secondaires, je n’écrivais pas mes rédactions moi-même, c’est ma maman qui s’en chargeait. La seule fois où j’ai pris la peine de la rédiger, j’ai eu de meilleurs points qu’elle. Ça aurait dû me mettre la puce à l’oreille…
L’envie d’écrire m’est venue sur le tard, j’ai d’abord commencé par des petits textes. J’ai ensuite vécu un drame familial, le décès de ma cousine. Insomnie sur insomnie, il fallait que je trouve une solution pour trouver le sommeil. J’ai commencé à m’inventer une histoire, ça m’aidait à m’endormir. Encore aujourd’hui, lorsque j’ai du mal à dormir, je continue cette même histoire. C’est de là que me vient l’envie d’écrire un roman, j’ai eu envie de raconter un extrait de cette histoire par écrit. J’ai commencé une première fois avant de vite laisser tomber.
Mais en septembre 2016 tout changea. Thomas Dansor, coauteur de Vengeances et Mat, m’a annoncé qu’il avait signé un premier contrat d’édition. Ça a été un réel déclic pour moi. Je lui ai soumis mon idée et il a tout de suite été d’accord de s’embarquer. Neuf mois plus tard, Vengeances et Mat était écrit.

Dans quelles conditions écrivez-vous ?

Selon moi, il y a deux écoles en écriture mais peu importe l’école il y a deux choses essentielles à connaître : son début et sa fin. Ensuite, la première manière de fonctionner c’est de se lancer dans l’écriture et chercher l’inspiration au fur et à mesure.
La deuxième, c’est d’écrire une trame à suivre, elle sert de guide, elle permet de savoir où on va. Moi, je fais plutôt partie de la deuxième école.
En outre je cogite beaucoup que ce soit avant de m’endormir, sous la douche et c’est seulement quand les idées sont bien en place que je commence à écrire.

Combien de temps mettez-vous pour écrire un livre ?

Comme je l’ai expliqué précédemment, ma manière de fonctionner me permet d’écrire assez rapidement. « Vengeances et Mat » est un cas particulier étant donné qu’il s’agit d’une coécriture, c’est forcément plus lent car il faut faire en fonction des disponibilités de l’autre. Nous l’avons commencé mi-septembre 2016 et il était écrit fin mars 2017, en sachant que j’ai été fort occupé au niveau professionnel, ça reste assez rapide.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

La plupart des auteurs que je connaisse trouvent leur inspiration dans la lecture, moi pas. Je ne suis d’ailleurs pas un grand lecteur de roman. Cependant, ce qui me passionne ce sont les comptes rendus de GI, Marines, Navy SEALS, services secrets sur leurs missions en Afghanistan, Irak,…et je pense que ça se ressent un peu dans Vengeances et Mat.
A côté de ça, je trouve mon inspiration dans le cinéma, dans les séries télé…un peu aussi grâce à mon imagination tordue comme ma femme aime le dire même si je dirais plutôt créative.

Vengeances et mat Combien de temps entre l’écriture d’un livre et sa publication ?

En général, on dit qu’il faut 3 mois pour recevoir la réponse d’un éditeur, le livre est ensuite publié entre 3 et 12 mois.
Pour « Vengeances et Mat », Thomas et moi nous sommes rendus dans un speed dating auteur/éditeur en mai 2017. Deux semaines plus tard nous avions deux propositions de contrat. Nous avons décidé de les décliner car elles nous cadenassaient de trop. J’ai alors décidé de créer ma maison d’édition, à mes frais, « les Editions du Pays Noir ». En octobre, nous avons lancé une levée de fonds via un Crowdfunding pour financer la sortie du roman. Il a également fallu créer tout le réseau pour la diffusion et grosso modo ce processus a pris une année. Néanmoins, j’ai déjà signé un autre auteur en janvier avec une sortie prévue fin mai 2018 et donc un délai plus rapide puisque les bases sont posées. Cette fois, pas un thriller mais un livre sur le Football des années 90 raconté façon Madeleines de Proust par journaliste sportif carolo, Patrick Stein.

Qui sont vos premiers lecteurs ?

Mes premiers lecteurs ont évidemment été ma femme et mes parents mais je savais qu’ils ne seraient pas totalement objectifs. Je l’ai donc soumis à d’autres personnes, des collègues, des amis dont la franchise serait totale.
Au-delà de l’histoire, nous nous étions fixés comme objectif que les lecteurs soient pris dans le roman et qu’ils le lisent en deux soirées. Au total, nous avons eu un panel d’une quinzaine de lecteurs et les retours étaient assez positifs, ils concordaient bien avec ce que l’on souhaitait. En moyenne, ils ont pris une soirée et demie pour le lire.

Que représente l’écriture pour vous ?

Pour moi, c’est un bon moyen de laisser exploser ma créativité. Mais elle me permet, aussi, de me détendre, de m’évader et de m’aérer l’esprit. Je peux, par exemple, après une journée pénible, me permettre de tuer quelqu’un en le couchant sur le papier. Je vous assure que cela fait du bien !

Qu’éprouvez-vous avant la sortie de votre roman ? Crainte, réjouissance ? Et après ?

J’éprouve de la fierté et beaucoup de joie. Cette aventure rime avant tout avec plaisir et satisfaction. Une satisfaction surtout du point de vue humain. Grâce au crowdfunding, j’ai rencontré un tas de personnes avec des histoires différentes sur la manière dont ils nous ont connus ou le pourquoi ils nous ont aidés. Après ça, pas de crainte spécifique, nous avons fait ce que nous devions.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à nos lecteurs rêvant de devenir écrivain ?

Le premier conseil est de s’accrocher ! On dit souvent que le plus dur c’est d’aller jusqu’au bout et de finir d’écrire son roman. De fait, j’avais déjà commencé à écrire et j’ai abandonné. Le deuxième conseil est qu’il ne faut pas écrire en rêvant de devenir riche et célèbre. Il faut écrire pour le finir et le finir pour soi. Après si ça plait tant mieux…
Le troisième conseil est qu’il ne faut surtout jamais se décourager, il y a toujours des solutions. Par exemple, j’ai créé les Editions du Pays Noir afin de publier Vengeances et Mat roman comme je le souhaitais.
Enfin, le quatrième et le dernier conseil que je peux donner c’est qu’il faut savoir s’encadrer de partenaires, il ne faut pas hésiter à discuter avec les autres, toute aide et conseil sont bons à prendre.

 

Facebook :Éditions du pays noir    Site web : Vengeances et mat     et http://editionsdupaysnoir.be/

 

Évolution Carolo

 

Vengeances et mat

Le café “Livre ou Verre” une "l'île dans la ville"
Présentation de la blogueuse Marina
Partager l'article
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Top