Le travail bluffant d’un jeune étudiant Carolo!

02 Sep 2016

350 ans: une comparaison avant/après époustouflante!

Parle nous de toi, de ton parcours.

Je m’appelle Julien, j’ai 19ans et j’habite dans un petit village du côté de Courcelles du nom de Gouy-lez-piéton. Mon parcours scolaire est assez basique, j’ai passé mes maternelles et primaires aux hautes montées à Gouy, j’ai ensuite fait de la 1ère secondaire à la 4ème à l’athénée royal de Pont-à-celles en option social. J’ai décidé de rentrer en 5ème secondaire à GPH spécialement pour l’option « audiovisuel » , car d’une part  je m’intéressais de plus en plus à l’image et au son, et d’autre part , je voulais devenir ingénieur du son/lumière, ou bien travailler dans les effets spéciaux. Mais cette année s’est révélée  être une année de surprise pour moi, dans le sens ou je ne pensais pas que j’allais autant adhérer à la photographie. C’est d’ailleurs pour ce loisir que j’ai décidé de continuer ce projet avant/après qui était à la base un travail de fin d’année. L’enseignement à GPH m’a poussé à aller au bout de mes projets, de par l’excellent apprentissage des professeurs et de l’enthousiasme de ceux-ci.

 

Tu retravaille des photographies de Charleroi, peux-tu nous en dire plus?

J’ai eu la possibilité de faire cette série pour les 350 ans de Charleroi, après la proposition d’une journaliste de la Nouvelle Gazette (Aline wuillot). Proposition que j’ai acceptée avec la plus grande joie! Les photographies de Charleroi ont été les plus difficiles  à faire depuis que j’ai commencé ce projet. La grande différence entre l’avant Charleroi et l’après Charleroi est que de nos jours, les divers endroits comportent un amas de détails rendant les lieux un peu fouillis. La prise de photos a donc été très dificilles  étant donné que je devais retrouver les éléments les plus minimes afin que la superposition des deux images se fasse  sans problème. Après la prise de photo , vient le montage. Tous les outils permettant de retoucher l’image sont utilisés, afin de rendre le résultat le plus esthétique possible. Les cours que j’ai eu en partie sur la façon d’utiliser un appareil photo et le logiciel “Photoshop” pour la retouche photo m’ont étés d’une grande aide du début jusqu’à la fin.

 

Pourquoi ce projet?

école des garçonsCe projet n’en était pas un à la base. Pour mon examen final en audio-visuel chaque élève devait faire une série de 10 photos avec le thème ‘l’avenir est à nous’. Cette idée de faire un mélange des anciennes photos avec le même lieu en question mais de nos jours , nous est venue à moi et mon professeur, Mr. Delescolle. J’ai dès lors été faire ma première série dans mon village, que j’ai ensuite publié sur le groupe facebook de Gouy-lez-piéton. Les retours que j’ai eu ont étés  énorme, c’est ce qui m’a donné envie de continuer ce projet et d’élargir mes clichés au delà de mon village. J’ai donc fait une deuxième série mélangeant des photos de Trazegnies et de Gouy. Cette série a également reçu beaucoup de retours, dont ceux de la Bourgmestre de Courcelles ou encore de grands photographes travaillant dans différents domaines. Et comme je l’ai expliqué, cette troisième série sur Charleroi était destinée aux 350 ans de Charleroi, cela a été avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai réalisé cette dernière série de photos.

Quelles seraient tes envies concernant ton travail?

Auparavant,  je voulais être ingénieur du son ou des lumières, ou bien travailler  dans les effets spéciaux. Mais cette année à GPH a totalement changé mes objectifs professionnel dans le bon sens. Je me tournerai probablement plus dans la photographie, tout en exerçant ce travail comme un loisir! Sur le côté j’exercerai un autre métier, mais je ne peux dire lequel encore. Pour l’instant, je suis déjà sûr et certain que la photographie fera partie intégrante de mon avenir.

Plus de photos en cliquant ici!

#PHOTOFANS RÉCAP
À VOS CV!
Partager l'article
Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0